• Accueil
  • > Archives pour février 2009

Archive pour février 2009

Petits meurtres entre clients et fournisseurs

Mercredi 25 février 2009

 

Vous ne vous sentez guère valorisé par vos prestataires de services et fournisseurs? Vous avez le sentiment que l’ère du client roi est révolue, voire oublié? Alors ce petit extrait de vie quotidienne va peut-être vous amuser.

Il y a quelques jours, ma société de télésurveillance est venue chez moi procéder à la vérification du matériel, vous savez toutes ces petites choses qui sont censées empêcher les voleurs de s’introduire chez vous et de mettre à sac votre domicile en votre absence (ou même pendant votre sommeil, parfois).

Tout s’est passé pour le mieux, les batteries ont été changées et le matériel semblait fonctionner à merveille. Mais alors que le technicien était sur le point de remballer son matos, je me suis soudain rappelé un incident qui avait eu lieu une dizaine de jours auparavant. Mon radar s’était déclenché et j’avais reçu un appel de la télésurveillance. Comme j’étais sur le point de rentrer chez moi, j’ai choisi de constater moi-même qu’il s’agissait juste d’un déclenchement intempestif. Mais muée par une inspiration soudaine, j’ai alors demandé au technicien à la charge de qui aurait été l’intervention si la société avait dû venir vérifier que quelqu’un ne s’était pas introduit chez moi sans y avoir été invité. « Vous », me répond-il comme si c’était tout à fait naturel.

Stupéfaction de la pauvre cliente: je paie un abonnement mensuel, le matériel est choisi et installé par la société à mes frais et depuis qu’il n’est plus sous garanti, est entretenu par eux également à mes frais. Mais si le radar fait un caprice, c’est à moi de payer la note? emoticone « La télésurveillance n’est pas une assurance », me réplique le technicien. Après quelques palabres, je finis par lui décréter: « la vérité est que vous préférez faire supportez à vos clients le risque du déclenchement aléatoire ». Comme il n’est pas complètement obtu et que je le connais depuis longtemps, il a fini par reconnaître non seulement que c’était vrai, mais en plus que si je réclamais, l’intervention en question ne me serait pas facturée. On retombe encore sur cetta fâcheuse habitude prise par beaucoup de sociétés: on facture abusivement, ceux qui râlent s’en sortent, mais on a tout de même encaissé les sous de ceux qui sont trop occupés (ou épuisés) pour grogner. emoticone

Chacun de nous possède pourtant une petite parcelle de pouvoir, en tant que consommateur mais aussi par sa force de travail. Le système ne peut pas fonctionner sans nous, alors ne nous laissons pas faire. Et souvenons-nous que l’union fait la force. emoticone

Le client roi est mort… Alors vive le client roi. emoticone

Les mille et un tourments de Chahrazad

Vendredi 20 février 2009

Lundi matin, dans un taxi qui m’emmenait à Orly, j’ai entendu sur Europe 1 l’interview d’une jeune femme à la voix grave et belle, mais aussi trop mature et meurtrie pour son âge. Brûlée à 60% par son petit ami parce qu’elle n’avait pas accepté sa demande en mariage et rompu avec lui, Chahrazad Belayni n’a pourtant que 21 ans. Le fait divers dont elle fut la victime en 2005 a fait pas mal de bruit, parce qu’il était d’une violence rare. Pour avoir aspergé sa compagne d’essence avant de lui jeter une alumette, Mushtaq Amer Butt a pris 20 ans de réclusion la semaine dernière. Mais Chahrazad ne semblait pas apaisée pour autant, la réponse à la question qu’elle se pose depuis le drame, « pourquoi », n’étant jamais venue. 

Personnellement, je n’étais pas vraiment consciente de l’étendue de la violence contre les femmes en France, jusqu’à ce que la mort de Marie Trintignant en 2003 ne fassent sortir certaines statistiques. C’est ainsi qu’en 1999 une enquête nationale sur les droits de la femme a révélé qu’une femme sur dix vivant en couple était victime de violence conjugale. Selon le rapport Henrion de février 2001, une femme meurt de violence conjugale tous les cinq jours en France. Mais selon l’émission Droit de savoir diffusée sur TF1 en 1999, 400 femmes par an meurent sous les coups de leurs conjoints. Ce qui est encore plus. J’ignore comment ont évolué les statistiques depuis, mais le drame qui a brisé la jeune vie de Chahrazad nous rappelle que la violence contre les femmes est une réalité, non pas issue de pays lointains et de sociétés où règne encore une forme de barbarie, mais bien quelque chose d’effroyablement proche de nous et tangible.  Convaincue qu’elle n’aura plus jamais une vie normale et n’envisageant pas une seconde la possibilité d’avoir une vie amoureuse, Charazad Belayni travaille désormais pour le mouvement Ni putes ni soumises (http://www.niputesnisoumises.com/). Parce que même lorsque le désespoir s’est invité à votre table, il y a toujours moyen de contribuer à ce que ça n’arrive pas ou plus à d’autres. 

Voici également un site d’aide pour les femmes victimes de violence : http://www.sosfemmes.com/index.htm

Vide-grenier sur la toile

Samedi 14 février 2009

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore, voici l’adresse d’un site qui a développé une idée tombant sous le sens, mais géniale quand même. Vous êtes en possession d’un grille pain en parfait état mais dont vous ne faites plus rien, depuis que votre tante Charlotte vous a offert le dernier modèle super design jaune citron. Que faire de l’ancien ? Poubelle, décharge ? Pas du tout. Le réseau Freecycle (http://fr.freecycle.org/accueil/) peut vous débarrasser de l’objet inutile et lui offrir une deuxième vie en lui trouvant un nouveau propriétaire. Inscrivez-vous sur le groupe de votre région et si votre grille pain encombre vos placards, il fera peut-être le bonheur de quelqu’un par le truchement Freecycle. Un système écologique, économique et malin. Je me suis inscrite sur le groupe parisien, je vous dirais si ça fonctionne bien et je sens que mon sous-sol va s’éclaircir dans les mois à venir emoticone A l’inverse, si vous êtes à la recherche d’un objet particulier et que vous ne souhaitez pas investir, peut-être quelqu’un est-il prêt à en céder un qui vous permettra de faire une belle économie, non seulement financière, mais sur votre impact écologique.

Païens aborigènes et point final

Lundi 9 février 2009

En Australie… (OK, c’est promis, c’est le dernier, après je vous lâche avec ma passion pour les kangourous emoticone)… Ils appellent cela le « dot art », littéralement l’art des points. Art développé par les aborigènes et qui donne des toiles magnifiques. Je suis loin d’avoir le talent et l’inspiration du peuple autochtone du continent australien, mais il n’empêche qu’à chaque fois que je mets un orteil là bas, ça me démange emoticone. Il faut que je dessine et que je peigne des points. Cette fois, j’ai fait une petite synthèse päienne, Déesse et aborigène. Et voilà le résultat.

  cimg0585.jpg cimg0584.jpg

Mais après tout, pourquoi pas? Les Aborigènes sont un peuple très attaché à la terre de leurs ancêtres et respectueux de la nature. Ils ont forcément un petit quelque chose de païen emoticone.

Chasse aux trésors australiens

Mardi 3 février 2009

Un pays où une chanteuse connue, Fiona Horne, a pu faire son « coming out » païen et s’affirmer publiquement comme wicanne, est forcément une terre accueillante pour les petites sorcières emoticone.

En dehors de la nature splendide ou de la boutique spécialisée dont je parle plus haut, on trouve de charmantes petites choses en fouinant dans les boutiques emoticone. Parmi mes trésors favoris durant ces trois semaines aux antipodes, j’ai déniché ces adorables petites fioles pour mettre mes potions, huiles magiques et autres, ainsi qu’un kaléidoscope de rubans dans mes coloris fétiches, pour des projets créatifs à venir, comme de nouveaux marque-pages emoticone.

cimg0575.jpg