Archive pour août 2009

Femmes Universelles

Dimanche 30 août 2009

 En me promenant dans la blogosphère féminine, je suis tombée sur le site de ce tout jeune magazine destiné aux femmes… Bien aux femmes et non pas aux consommatrices comme la plupart de ceux qui s’étalent dans votre kiosque habituel. Porté par Isabelle Varitto, ce nouveau titre a sorti son numéro un au début de l’été. Le premier numéro du magazine est impressionnant. Il est assez cher, 5,50€, mais la richesse de l’offre justifie le prix. Vous pouvez vous abonner ou acheter le numéro sur le site, qui donne également les points de vente.

Ce numéro 1 comporte 132 pages couleurs, avec une très belle maquette, très classe, très aérée. Le contenu tourne essentiellement autour du reportage et du grand reportage. Le thème de la Suède et de sa condition féminine tellement avancée, sont déclinés sur une vingtaine de pages. Le reportage a le mérite d’aller au delà de la surface tout en étant richement illustré et de façon très esthétique. Il y a également un éclairage sur une artiste libanaise inspirée par l’érotique, un autre qui nous fait plonger dans la vie d’une femme de chambre dans un grand hôtel bruxellois, ou encore une enquête sur le thème « le cerveau a-t-il un sexe ». Le numéro est vraiment structuré comme un magazine de reportages, il n’y a pas vraiment de rubriques. Mais peut-être le contenu évoluera-t-il avec les prochains numéros.

couverture20120fu20web1.jpg

Il n’y a pas du tout de pub dans ce magazine, au point qu’on peut imaginer qu’il s’agit d’un choix délibéré. J’espère en tout cas que ce titre sera viable et je serais extrêmement curieuse de savoir à combien d’exemplaires s’est vendu le numéro 1.

Recyclage à la berlinoise

Mardi 25 août 2009

Je viens de passer une douzaine de jours à Berlin et outre le fait que c’est une ville incroyablement verte, j’ai été frappée par la façon dont recyclage et développement durables semblent être passés dans les moeurs là bas. Comme dans les pays scandinaves, on trouve des pistes cyclables le long des artères de façon quasi systématique, celles-ci étant complétées par un réseau de transport en commun serré, avec un débit important. Verre ou plastique, les bouteilles sont souvent consignées, et en photo, voici le type de poubelles que l’on trouve dans les gares du U-bahn et du S-bahn, les équivalents berlinois de notre métro et RER. Elles sont en quatre parties, un container pour le papier, un pour le verre, un pour les emballages et enfin un pour les déchets.

 cimg0841.jpg cimg0840.jpg cimg0839.jpg cimg0838.jpg

A quand les mêmes à Paris? emoticone

 

Mille pages au soleil pour les poulettes

Mardi 18 août 2009

 

C’est l’été et sur le sable un bon bouquin n’est jamais de trop. Profitant de la légèreté ambiante, je vous propose ma sélection dans la catégorie « Chick Lit », littérature pour les poulettes, lancée par Helen Fielding il y a une dizaine d’année avec sa désopilante héroïne Bridget Jones. Voici donc quelques-uns de mes auteurs et de mes volumes fétiches, pas tous récents, mais qui méritent méritent une petite visite si vous ne les connaissez pas déjà.

Marian Keyes. Cette Irlandaise à la plume légère mais qui fait toujours mouche possède un talent digne d’un auteur de polars pour nouer une intrigue et ménager un suspense. Si elle ne manque pas d’humour, elle traite généralement généralement de sujets plus sérieux que la plupart des auteurs du genre, dont les livres tournent souvent autour de la quête éternelle de l’âme soeur et du quotidien plus ou moins débridé, copines-boulot-sorties des héroïnes. Avec Marian Keyes, on partage la vie un trio d’ami dont l’existence est bouleversée par la grave maladie dont l’un d’entre eux, ou on accompagne une droguée dans le déni dans son cheminement de rédemption, ou encore le parcours du combattant d’une jeune mère larguée par son compagnon le jour où elle accouche de leur premier enfant. Parmi les livres de Marian Keyes qui ont été traduits en français, à retenir particulièrement le club de la dernière chance (mon préféré), une vie de rêve (portrait croisé de trois femmes à Dublin), Réponds si tu m’entends (à la fois haletant et émouvant), et enfin les vacances de Rachel (nettement moins glamour que le titre le laisse soupçonner). Pour celles qui maîtrisent l’anglais, je recommande également The other side of the story, Lucy Sullivan is getting married et Watermelon. En fait, ils sont tous bien, à part Angel, que j’aime un peu moins.

51re7f5f6alsl500aa2401.jpg 51kkq9ll5qlsl500aa2401.jpg

Wendy Wolden: plus légère dans son choix de son sujets, Wendy Holden une une humoriste hors pair. Je suis en train de lire son avant-dernier dernier livre Filthy rich, et chaque jour, je croise les regards interloqués de mes voisins dans le RER, lorsqu’ils me voient pliée en deux à chaque page. Wendy Holden maîtrise cet art de brosser un personnage tout juste ce qu’il faut d’outré pour qu’il soit désopilant, sans tomber dans la caricature. Je l’ai découverte avec son premier livre, Simply divine. Et je me suis particulièrement amusée à la lecture d’Azur like it, drôle mais sensible, Bad Heir day, et Pastures Nouveaux, un regard sarcastique sur la mode de la campagne en Grande Bretagne et enfin Filthy rich, son dernier bouquin, avec une galerie de personnages allant de l’atendrissant au totalement exaspérant. En français, régalez-vous des aventures de deux couples qui sont en train de devenir parents dans Baby boum, ou d’un pastiche de « pipoles » avec Chaud business.

41vw2bfi54plsl500aa2401.jpg 41czx1qnxdlsl500aa2401.jpg

Isabelle Wolfe: Pas aussi prenante que Marian Keyes ni aussi drôle que Wendy Holden, Isabelle Wolfe a néanmoins signé quelques romans particulièrement distrayant. Les tribulations de Tiffany Trott lui ont permis de se faire connaître, mais les mésaventures de Minty Malone n’est pas mal non plus et mon préféré est Rose à la rescousse.

51e5smxyarlsl500aa2401.jpg 51fzwjpdtalsl500aa2401.jpg

Candace Bushnell: Contrairement aux précédentes, Candace Buschnell est Américaine et non anglaise. Son premier livre, Sex and the city, qui était tiré de ses chroniques a non seulement été un succès, mais il a donné naissance à la série (5 saisons) et plus récemment au film du même nom. Depuis, Candace Buschnell a énormément évolué et ses livres avec. Etudes des moeurs new-yorkaises vitriolées, Quatre blondes et Haut de gamme sont parmi ses livres les plus remarquables, mais c’est Lipstick jungle, qui nous plonge dans le quotidien -joies comme misères- de trois quarantenaires et femmes de pouvoir new-yorkaises, que j’ai dévoré avec le plus de plaisir. J’ai assisté à l’automne dernier en Floride à une séance de dédicace de son dernier bouquin cinquième avenue et j’avais écrit l’un des premiers post de ce blog pour le raconter.

41y9iq1atalsl500aa2401.jpg 41bg58mbz1lsl500aa2401.jpg

Et évidemment Helen Fielding, créatrice du désopilant personnage de Bridget Jones, dans lequel beaucoup d’entre nous ont reconnu une part d’elles-mêmes. Il n’y a eu que deux bouquins, Le journal de Bridget Jones et l’âge de raison, ainsi que deux films correspondants avec Renee Zellweger dans la peau de l’héroïne. Mais aux dernières nouvelles, un troisième film seraient dans les cartons hollywoodiens.

Bienvenue à Terre des Sortilèges

Jeudi 13 août 2009

Elle travaillait dessus depuis des mois et je suis d’autant plus heureuse de vous annoncer que depuis quelques jours, Terre des Sortilèges, la boutique d’Eloa, est ouverte. Vous y découvrirez ses créations, toutes plus divines les unes que les autres. Et ce n’est pas parce qu’elle est l’une de mes Soeurs des éléments que je loue son talent. Si vous passez par la Terre des Sortilèges, vous ne le regretterez certainement pas.

Triple couronne de Lughnasadh

Samedi 8 août 2009

Le week-end dernier, lorsque nous avons célébré Lughnasadh avec les Soeurs des éléments, nous nous sommes livrées au tressage d’épis de blé. Grâce à Saphyra, qui avait récolté et humidifié le blé, j’ai pu fabriquer cette triple couronne de pouvoir (dont j’ai trouvé le modèle dans mon livre Spell Crafts et dont l’objectif est de protéger sa maison) et qui… est loin d’être parfaite comme vous pouvez le constater emoticone.

 cimg08151.jpg

Le tressage n’est peut-être pas mon fort, comme le prouve ma dernière tentative de fabrication de panier avec les chutes de taille de mon jardin, mais c’est l’intention qui compte, non? Embarasse

 cimg0812.jpg

OK, OK… Je retourne à mes boucles d’oreilles et à mes baumes pour les lèvres et je laisse le tressage aux pros  emoticone.

Crème de la mer ou Life on Mars?

Mardi 4 août 2009

La vie d’apprentie tambouilleuse peut parfois s’avérer périlleuse. L’autre jour, j’ai voulu me  lancer dans la fabrication d’une nouvelle crème, en incluant quelques précieux agents actifs venant de ma récente commande chez Aromazone. Et en particulier la spiruline, une algue aux mille et une vertus. Mon émulsion réalisée, j’ai rajouté une minuscule cuillerée de la précieuse algue et touillé avec énergie (beaucoup mieux pour la consistance de la crème). C’est alors que ma splendide préparation (hydrolat de ciste ladanifère+huile d’argan et d’onagre, huile essentielle de romarin), s’est teintée d’un vert genre épinards cuites par Olive, la femme de Popeye, pour cultiver les biceps de son mari emoticone.

Espérant que ma nouvelle crème que je pourrais baptiser « Petite bonne femme verte » ne donnera pas l’impression de je reviens de Mars, j’ai mis mon émulsion d’épinards dans les pots nettoyés à cet effet et étalé le surplus sur ma frimousse… Avant de sentir mes menottes et là beurk!!!! emoticone Une odeur fétide s’en dégageait … Les algues, c’est bon pour la peau, mais l’odeur quelle horreur.   Sur le moment, c’était tellement caricatural, la sorcière fabriquant des potions puantes dans sa cuisine maléfique, que j’ai failli éclater de rire. Mais je ne me suis pas laissée abattre pour autant. J’ai réchauffé tout doucement le mélange pour y rajouter de l’hydrolat. Quelques gouttes d’huiles essentielles de romarin pour la conservation et de géranium pour la peau ont masqué l’odeur d’algue, moins concentrée et bien battue, la couleur est maintenant nettement plus engageante. J’hésite entre plusieurs noms pour cette crème: la guerre des Mondes, Life on Mars, le baume Popeye qui booste votre peau ou encore Algues à la crème,  l’instant gourmet de de votre peau. Les suggestions sont les bienvenues.  Et puis cette petite mésaventure a eu un intérêt imprévu. Comme j’ai maintenant une quantité plus importante de ma crème verte, j’ai nettoyé quelques mini-pots en verre, pour en faire profiter quelques copines. Et pour faire plus joli, voilà ce que j’ai fait des pots.

cimg0794.jpg