• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Archive pour novembre 2009

Les garçons ont-ils besoin d’être sauvés?

Samedi 28 novembre 2009

Dans une édition de Libé il y a une douzaine de jours, je suis tombée sur cet article qui m’a laissée un peu circonspecte. Autant je comprends que l’échec scolaire des garçons est un problème d’éducation sur lequel il faut forcément se pencher pour éviter des dérives violentes décrites dans l’interview de Jean-Louis Auduc, mais j’ai du mal à épouser la vision de notre société de l’auteur de l’essai « sauvons les garçons ».

A le lire, on croirait que nous vivons dans un société où règne un féminisme triomphant et où les filles sont bombardées de modèles de réussite de leurs semblables qui les encouragent à les imiter. Tout ceci pendant que les hommes ne disposeraient plus d’équivalents masculins auxquels se référer, tout particulièrement dans l’univers scolaire.

Si les avancées ont été énormes depuis une quarantaine d’années, que les choix de vie des femmes se sont considérablement élargis et qu’il est vrai qu’elles sont nombreuses dans un secteur comme l’enseignement, je n’ai pas le sentiment que les hommes soient lésés et que « la féminisation a gagné tous les secteurs d’activité » comme l’avance Jean-Louis Auduc. Surtout lorsque l’on compare les statistiques de traitemment homme/femme dans l’entreprise. Si l’on en croit ce rapport datant de l’été dernier par exemple, la part des femmes dans les conseils d’administration des 500 premières sociétés f rançaises n’est que de 8% et dans les entreprises de 10 salariés ou plus, la rémunération brute moyenne des femmes est inférieure de 27% à celles des hommes.

Alors, sauver les garçons oui, mais encourageons-les avant tout à vivre dans une saine concurrence avec les filles à l’école, et attachons-nous également à ce que toutes ces bonnes élèves qui leur « cassent le moral » au point que la violence devient chez eux un exutoire, obtiennent ensuite dans l’enteprise les postes et les rémunérations qui correspondent à leurs compétences et à leurs efforts.

cancre1.jpg

 

L’après-shampoing qui a failli tourner au vinaigre

Lundi 23 novembre 2009

 

Le cheminement de tambouilleuse est une aventure formidable emoticone. Avec maintenant un an et demi d’expérience, je pourrais me cantonner aux quelques recettes que je maîtrise et me graisser le museau et celui de mes proches en toute sécurité. Mais je n’en fait rien, évidemment emoticone. c’est tellement plus drôle d’expérimenter, d’élargir mon horizon et de tenter de fabriquer de nouveaux produits. Sauf que lorsqu’ l’on explore de nouveaux territoires, il survient parfois quelques (petites emoticone) mésaventures.

Il y a deux mois, j’avais tenté l’après-shampoing: résultat plutôt satisfaisant, odeur délicieuse, consistence agréable, poil lustré et nourri emoticone. Mais depuis, je me suis procuré du vinaigre de cidre -très recommandé dans les soins pour cheveux- pour la phase acqueuse. Je ne sais pas si c’est à cause de ça, mais lorsque j’ai voulu faire une tentative avec, le mélange a refusé obstinément d’émulsionner. Rien qu’un liquide jaunâtre surmonté d’une mousse de la même couleur, du genre de celle qui se forme avec un bain moussant emoticone. Pas de bol, alors que j’avais justement décidé de fabriquer un quantité nettement plus importante que d’habitude emoticone. L’idée que la moitié d’une bouteille de précieuse huile de germe de blé finisse dans l’évier me hérissant emoticone, j’ai sorti mon batteur à oeufs. Et là, miracle! Consistance mousseuse bien ferme. Du coup, mon après-shampoing a doublé de volume et j’ai pu faire quelques heureuses.

cimg1003.jpg 

Quant aux proportions, je vous les donnerai après mon prochain essai. Cette fois, j’ai un peu trop tâtonné pour pouvoir présenter une recette fiable emoticone.

Etes-vous Lost ou récupérable?

Jeudi 19 novembre 2009

 Pour toutes celles qui sont fans de Lost comme moi (vous savez cette série qui a commencé par un crash d’avion, mais qui a finalement décidé de basculer dans un surnaturel frissonnant ou… hermétique selon certains emoticone) , vous allez adorer. Ou halluciner.

walostcast021.jpg 

La semaine dernière sur le site du Figaro, je suis tombée sur ce lien qui m’a fait carrément sourire (et qui vient du Washington Post, donc à priori deux journaux plutôt sérieux). Il s’agit d’un site où un certain nombre d’internautes très motivés, très passionnés (et qui disposent de beaucoup plus de temps libre que moi emoticone) ont réussi à répertorier les cinq saisons de la série créée par JJ Abraham en trois dimensions. Dimension géographique (où s’est passé tel ou tel évènement), dimension temporelle virtuelle (durant quelle saison découvre-t-on tel ou tel évènement?), dimension temporelle réelle (quand se situe l’évènement dans la chronologie réelle). Oui, je sais Albert Einstein y perdrait ses équations, mais le site est tout de même censé clarifier l’intrigue pour tous ceux qui seraient (un peu) perdus dans les méandres des conjonctions spacio-temporelles (et des personnages qui rajeunissent de 25 ans d’un épisode à l’autre), mais qui n’oseraient pas trop le dire de peur de passer pour des ringards finis.

lostisland1.jpg

A défaut d’offrir un résumé simplifié, le site peut résoudre quelques conflits familiaux du genre: « au fait c’était dans quelle saison que Kate embrasse Jack pour la première fois? La saison 3? Mais non, pas du tout, dans la saison 3, elle couche avec Sawyer dans une cage! ». Avec Timespace Lost, on clique et on a tout de suite la réponse. A quand le Lost Trivial pursuit pour supporter l’attente intolérable de la diffusion de la saison 6?

 images3.jpg

Anat, Turan et Etoile du Nord, au coeur d’une vague créatrice

Dimanche 15 novembre 2009

Parfois, souvent même, le temps me manque pour créer autant que je le voudrais. C’est le cas en ce moment, mais au mois d’octobre, j’ai bénéficié d’une longue pause, qui a fertilisé ma créativité. Et j’ai constaté une fois de plus en transposant le vieil adage, plus on crée plus on est inspiré et de la même façon moins on crée, plus la source s’assèche. Et en ce moment, ça coule tout naturellement… C’est presque plus une année sabbatique qu’il me faudrait que des congés payés.

En parallèle de mes nouvelles créations Atalantide qui apparaissent très régulièrement sur mon nouveau blog Légendes oubliées et trésors disparus d’Atalantide, voici trois nouveaux modèles de boucles d’oreilles qui ont coulé de ma source inspiratrice.

Voici donc Anat, qui porte le nom d’une déesse phénicienne, dont les attributs sont à la fois l’amour mais aussi la guerre. Même si je penche définitivement vers le premier attribut, l’estampe a quelque chose de… Guerrier justement, qui me fait penser à la déesse de cette civilisation antique de marins.

cimg0916.jpg 

Voici également Turan, qui représente la déesse étrusque de l’amour et de la fertilité, un modèle plus petit et particulièrement indiqué pour celles qui ont envie d’agrandir leur famille emoticone.

cimg0924.jpg 

Voici enfin étoile du nord, qui s’intègre dans la collection «Corps célestes » que j’avais lancée l’année dernière et qui éclairera vos nuits d’hiver.

cimg0918.jpg 

Vous pouvez évidemment retrouver ses trois nouveaux modèles avec les autres sur ma page myspace et e si l’un d’entre eux vous plaît, n’hésitez pas à me contacter, ici ou là bas Clin doeil.

Gel tenseur contour des yeux

Mardi 10 novembre 2009

 Après les baumes et les crèmes, j’ai décidé de tenter quelque chose de nouveau. Une de mes amies, qui passe beaucoup de temps dans l’atmosphère pressurisée et désséchante des avions, s’est plainte d’avoir le tour les paupières chiffonnées. Alors j’ai eu envie de compléter l’action d’une crème de jour hydratante avec celle d’un gel sérum. C’est la première fois que je réalisais un produit avec une texture gel, à base de gomme de guar, mais je trouve la consistance assez agréable. L’odeur que donne la gomme au gel est… bizarre, mais elle s’estompe sous mon mélange d’HE.

Voici les proportions, pour lesquelles je me suis largement inspirée d’une recette que j’ai trouvée sur le site d’aromazone.

  • 28 ml d’hydrolat de ciste
  • 8 ml d’hydrolat de bleuet
  • 5 ml de gel d’aloe vera
  • 4 ml de glycérine végétale
  • 1,5 g de gomme de guar
  • Une pointe de couteau d’acide hyaluronique
  • un micro cuillerée à moka de poudre de cranberry
  • quelques gouttes dHE des rose, bois de rose et néroli
  • EPP

Départ imminent pour l’Atalantide

Jeudi 5 novembre 2009

 Après une longue et passionnante phase d’exploration et d’expérimentation qui se poursuit quotidiennement, je suis maintenant prête à vous accueillir en Atalantide, un univers de ma création dont les portes s’ouvrent ici.

Les mille pommes d’or d’Atalanta vont continuer à vivre, mais vous pourrez désormais me retrouver également sur contes et légendes d’Atalantide, dans un cadre complètement différent. Cela faisait longtemps que je souhaitais disposer d’un lieu privilégié pour exposer mes créations, dont vous pouvez retrouver certaines pièces depuis un an sur ma page myspace. Mais je souhaitais pouvoir m’exprimer d’une façon plus personnelle, qui me corresponde réellement et me permette de partager ce que je fabrique avec celles et ceux qui souhaitaient acquérir certaines pièces.

Je vous invite donc à m’accompagner pour un voyage en Atalantide, l’univers que j’ai imaginé pour accueillir une partie voir la totalité de mes réalisations. Pour l’instant, il n’y a pas encore d’objets exposés, juste une petite introduction pour vous familiariser avec le concept, qui ne surprendra pas celles et ceux qui me connaissent bien. Mais je ne tarderai pas à l’alimenter, plein de petites choses dans mon antre ne demandent qu’à voir la lumière. Je ne vous en dit pas plus et je vous donne rendez-vous ici donc, pour un départ imminent.

bannireatalantidegip.jpg